Non classé

De quelle médiation parle cet article ? En quoi diffère-t-elle de la médiation que je pratique ?

Des renseignements ressortent de cet article sur un conflit d’entreprise récent. Ils vont me permettre de préciser, par comparaison, en quoi la médiation décrite par le journaliste du Courrier Picard, est très différente de la Médiation d’affaires libérale et conventionnelle que je pratique.

Que dit l’article ?
 Extraits du Courrier Picard du Lundi 26 Décembre 2011

Ils attendaient cela depuis des mois. Enfin, les salariés de Still ont obtenu de leur direction l’organisation d’une table ronde destinée à la réindustrialisation de ce site de fabrication de chariots élévateurs basé à Montataire. Une avancée de taille donc, prise lors de la médiation menée par la direction du travail,
entre la direction et les salariés de cette usine. Car depuis l’annonce inattendue, cet été, de la fermeture du site en 2012, les négociations n’aboutissaient pas.

«Les billets de 1000 euros, ça ne dure qu’un temps»

«On s’est mis à peu près d’accord, témoigne Jean-Michel Mlynarczyk, secrétaire du comité d’entreprise (CE) et délégué syndical CGT. Maintenant, on attend de savoir si le ministère de l’Industrie participera aussi à cette table ronde, comme on le demande depuis des mois.»
Si la médiation menée par Jean-Michel Goutal, directeur régional de la direction du travail dans l’Oise, a porté ses fruits, certains restent méfiants, à l’image de Jean-Marc Coache, membre du CE: «Les confrontations terminées, reste au médiateur à écrire les conclusions pour le juge de Senlis le 28décembre, avant que les salariés ne votent le 3janvier. Il y a eu des avancées financières, mais nous avons des incertitudes sur la réindustrialisation. Les billets de mille euros, ça ne dure qu’un temps. Il faut que le groupe Kion (ndlr: propriétaire du site) s’engage pour l’avenir des salariés.»
Jérôme Chevillotte, le directeur du site isarien, est quant à lui «optimiste» sur le vote des salariés le 3janvier. Selon lui, bon nombre sont favorables au plan de sauvegarde de l’emploi proposé.
ÉLISE PINSSON (journaliste du Courrier Picard)

Qu’apprend-t-on à la lecture de cet article ?
– que le conflit, révélé cet été par la presse, est largement « public ». En effet, outre la direction et les représentants des salariés, de nombreux acteurs sont acteurs dans ce conflit : la justice, les médias, les pouvoirs publics (direction du travail, direction de l’industrie), etc. Cette médiation là, ne se déroule pas dans la « confidentialité ».
– que le médiateur est un haut fonctionnaire de la direction du travail et qu’il a été nommé par un juge. Il dépend donc à la fois de son administration et de l’autorité judiciaire qui l’a désigné. D’ailleurs, l’article indique que le médiateur doit « rendre ses conclusions » au juge de Senlis, qui prendra sa décision. Cette médiation là, est effectuée par un médiateur qui n’est ni « indépendant » ni « librement choisi par les parties ».
– que ce n’est qu’au vu du jugement du Tribunal de Senlis, que l’accord sera conclu -si il l’est- à la suite d’un vote des salariés (à l’unanimité, à la majorité (?))
– que la partie employeur est représentée par la direction de l’usine, qui n’a pas l’autorité nécessaire pour engager l’avenir du Groupe KION propriétaire du site industriel, notamment quant à sa « réindustrialisation ».
Dans cette médiation là, les deux parties (salariée et employeur) n’ont pas l’autorité suffisante
ni pour engager totalement leurs mandants dans les négociations,
ni pour signer un protocole d’accord transactionnel amiable, qui résolve le conflit et stabilise le présent et l’avenir des relations entre les parties. 
On pourrait encore signaler que dans cette médiation là, on n’indique pas que le médiateur est formé, utilise un processus structuré de médiation, ou respecte un code professionnel et déontologique spécial.

Au sujet de Pierre GERARDIN

Médiateur certifié CCI Bordeaux. Indépendant, neutre et impartial (formation CMAP). Mes clients entrepreneurs en Aquitaine ont un Litige Commercial (client/fournisseur biens ou services, franchiseur/franchisé, propriétaire de marque/titulaire de licence, conflit d’associés) et ne veulent pas -ou ne veulent plus- faire un Procès. Je les aide à construire, en pleine confidentialité, rapidement, à un coût maîtrisé, un Accord Amiable exécutoire qui respecte les besoins et les intérêts de chacun tout en préservant les relations futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *